Skip to main content

Le virus Usutu

Le virus Usutu est un proche parent du virus responsable de l’encéphalite japonaise et du virus de la fièvre du Nil occidental. Il infecte principalement des espèces d’oiseaux et est incriminé dans de rares infections humaines. Il touche aussi le cheval. Le vecteur principal en France est le moustique commun (Culex pipiens). Mais le moustique tigre peut également jouer ce rôle.

On nomme parfois cet agent viral USUV. Le virus Usutu est originaire d’Afrique. Il a été découvert en 1959 au sud de ce continent. Usutu étant le nom d’une rivière coulant à l’est de l’Afrique du Sud, ainsi qu’au Swaziland et au Mozambique. Depuis sa découverte, le virus a été identifié dans de nombreuses régions d’Afrique subsaharienne ainsi qu’au Maroc.

En Europe, plusieurs cas chez l’Homme ont été identifiés, dont en Italie, en Allemagne et en France. USUV est considéré comme un virus émergeant et fait l’objet d’une surveillance épidémiologique. Toutefois, les virologues et experts ne qualifient pas ce virus de particulièrement dangereux pour l’Homme malgré certains cas sévères décrits.

Le virus Usutu en France

L’introduction du virus en France s’est produite à plusieurs reprises puisque les virologues ont déjà identifiés trois souches virales distinctes présentes sur l’hexagone.

Merle est un oiseau vecteur du virus Usutu

Le merle est l’une des espèces européennes les plus sensibles au virus Usutu.

Incidence chez les oiseaux sauvages

Des oiseaux sauvages victimes du virus Usutu ont été retrouvés en France comme dans plusieurs autres pays européens.

L’une des espèces d’oiseaux sauvages sensibles est le merle. La mortalité est particulièrement élevée et durant les épidémie des centaines voire des milliers de merles morts sont retrouvés. Les autres espèces européennes sensibles sont les mésanges, les moineaux, les rouge-gorges et les étourneaux. C’est-à-dire des espèces de passereaux.

Des recherches ont mis en évidence que le virus est présent chez les moustiques de Camargue, région très fréquentée par les oiseaux migrateurs.

Incidence chez les oiseaux captifs

Le virus Usutu concerne aussi les oiseaux gardés en captivité. Il a été détecté la première fois au sein d’un parc animalier français en 2018 sur une chouette lapone. Comme les passereaux, la famille des chouettes et des hiboux est également vulnérable à cet agent pathogène.

Les parcs zoologiques sont sensibilisés à cette menace et beaucoup mettent en place des actions pour limiter la prolifération des moustiques dans leur périmètre. Il s’agit principalement d’éliminer les foyers de prolifération de ces insectes.

Incidence chez l’être humain

En Europe, le premier cas humain a été identifié en 2009. Notons qu’il s’agit de cas autochtones. Et non pas de patients qui seraient revenus d’un voyage en Afrique.

Depuis son introduction en Europe, le virus a touché d’autres personnes. Durant l’unique année 2018 (en Europe), 19 patients ont été diagnostiquées porteuse du virus, dont un patient dans la région de Montpellier dans le sud-est de la France. Mais il est possible que le nombre de personnes touchées soient beaucoup plus important. En effet, l’infection peut être asymptomatique ou les malades ne se présentent pas à un médecin. Il est donc difficile d’évaluer le nombre des infections humaines.

Comment se propage et se transmet ce virus ?

Moustique Culex pipiens vecteur du virus Usutu

Le moustique Culex pipiens est le principal vecteur du virus Usutu en Europe.

Les oiseaux migrateurs sont responsables de la circulation du virus sur de longues distances. Il est probable qu’ils soient à l’origine de l’introduction depuis le continent africain du virus en Europe.

Toutefois, les épidémie qui touchent l’avifaune européenne chaque année, laisse penser que le virus reste continuellement présent. Il passerait ainsi l’hiver au sein des moustiques adultes qui hivernent. 

Les oiseaux les plus sensibles à ce virus sont les espèces américaines. En effet, elles n’ont jamais été en contact avec le virus jusqu’à son introduction sur le continent américain en 1999.

La transmission du virus entre oiseaux se fait par les moustiques du genre Culex. Les moustiques qui ont pris du sang d’oiseaux porteur du virus peuvent ensuite contaminer des mammifères qu’ils viendront à piquer.

Chez l’Homme, la transmission du virus se fait donc également par piqûre de moustique. Les moustiques du genre Culex préfèrent souvent se nourrir du sang des oiseaux. L’homme est un donc un hôte qualifié d’accidentel pour ce virus.

Mais des études ont montré que la transmission par voie sanguine est possible. Mais aussi lors de transplantation d’un organe.

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

cellule nerveuse

Le virus Usutu est capable d’infecter les cellules nerveuses et de provoquer des paralysies.

L’infection chez l’être humain est généralement bénigne et sans symptôme. Lorsque des symptômes font leur apparition ils sont très divers. Notons que la forme symptomatique se rencontre surtout chez les personnes immunodéprimées. 

Peu de recherche ont été jusqu’à présent menées sur ce virus et l’on ne connaît pas encore parfaitement les tissus et organes qu’il est capable d’infecter. Néanmoins il présente une forte virulence sur les cellules nerveuses.

Ainsi, le virus Usutu peut être responsable chez l’Homme d’atteinte du système nerveux. Ces atteintes peuvent se manifester par une paralysie faciale. Mais d’autres manifestations nerveuses sont possibles.

Comment diagnostiquer la maladie ?

Les symptômes que provoque le virus chez l’Homme sont divers et communs avec de nombreuses infections virales. Il est donc nécessaire de procéder à des analyses pour établir un diagnostic.

L’infection provoque la production d’anticorps. La présence de ces derniers dans le sang, permet de mettre en évidence la présence du virus. Il est également possible de procéder à la recherche toujours dans le sang de l’ADN du virus par la technique de PCR.

Comment lutter contre le virus Usutu ?

La lutte contre cette maladie passe exclusivement par la destruction des vecteurs. Ceux-ci sont des moustiques du genre Culex comme le moustique commun et dans une moindre mesure le moustique tigre. Ces moustiques étant responsables de la propagation de nombreuses maladies humaines, il est important quelle que soit votre région de mettre en place une stratégie de lutte contre ces insectes nuisibles.

Les pièges à moustiques placés à l’extérieur sont de bons équipements qui permettent la capture des moustiques femelles. Il est également important d’assainir votre environnement en vidant les possibles gîtes larvaires, c’est-à-dire les récipients qui peuvent contenir de l’eau durant plusieurs jours. En effet, les femelles moustiques après avoir piqué vont se mettre à la recherche d’un plan d’eau pour y pondre leurs oeufs.

Quelles sont les autres maladies transmises par les moustiques ?

Les moustiques peuvent transmettre de nombreux agents pathogènes à l’être humain. Aussi bien en régions intertropicales qu’en zones tempérées. Consultez notre page dressant la liste des principales maladies transmissent pas les moustiques afin de vous sensibiliser à cette menace.

Pour en apprendre davantage sur le virus Usutu

Wikipédia présente un article de synthèse sur le virus Usutu. Il est également possible de consulter quelques publications scientifiques en ligne. Comme celle-ci traitant de la transmission du virus Usutu.

Autres maladies présentes en France métropolitaine

Autres maladies présentes en outre-mer

A cette liste de maladies présentes en outre-mer s’ajoutent les maladies présentes en France listées précédemment.