Skip to main content

La filariose lymphatique

Aussi nommée éléphantiasis, la filariose lymphatique est provoquée par une infection de vers parasites – les filaires – transmise par les piqûres des moustiques. On la retrouve dans de nombreux pays des régions tropicales du monde.

La filariose lymphatique ou filariose de Bancroft est l’une des neuf maladies provoquées par des filaires et qui touchent l’être humain. Certaines de ces maladies ne produisent pas des symptômes visibles. D’autres sont beaucoup plus invalidantes. C’est le cas de la filariose lymphatique qui est à l’origine de l’éléphantiasis. Dans la plupart des cas, l’évolution est lente et les premiers signes d’infection apparaissent plusieurs mois après l’inoculation du parasite.

En 2000, plus de 120 millions de personnes étaient infectées, et environ 40 millions d’entre elles souffraient de difformités et étaient handicapées par la maladie

Organisation mondiale de la santé

La filariose lymphatique est parmi les filarioses pathogènes celle qui a la plus vaste aire d’endémie. Mais d’autres formes pathogènes plus localisées se rencontre dans le sud-est asiatique ou en Afrique subsaharienne. Les Comores sont l’une des régions les plus fortement touchées par la filariose lymphatique.

Carte de répartition de la filariose lymphatique.

Carte des pays touchés (en rouge) par la filariose lymphatique.

Quel est le parasite responsable de la filariose lymphatique ?

C’est un nématode qui provoque la filariose lymphatique. Wuchereria bancrofti est le nom scientifique donné à ce vers. On retrouve ce parasite dans plus de 50 pays des régions tropicales et subtropicales sur le continent américain, en Afrique et en Asie.

Cet agent pathogène touche prêt de 120 millions de personnes dans le monde et est responsable d’handicapes chez 40 millions d’entre elles. Cette maladie n’est pas simplement invalidante chez les sujets atteints des formes les plus sévères. Elle est aussi à l’origine de stigmatisation. Enfin cette maladie a un coût économique important chez les foyers les plus pauvres.

Comment se produit l’infection ?

Le vecteur est un moustique qui peut appartenir aux genres Culex, Aedes ou Anopheles. Cet insecte en piquant un hôte va lui inoculer des larves infestantes. Ces larves vont ensuite gagner les tissus et les vaisseaux lymphatiques. Elles vont ensuite croitre et se différencier en mâles et en femelles. Les femelles vont atteindre la taille de 10 à 15 centimètres. Les mâles restent plus petit et mesurent jusqu’à 5 centimètres. Ils vivent dans le corps de l’être humain parfois plus de 15 ans.

Les vers femelles vont produire des microfilaires. Ces microfilaires vont circuler dans le système sanguin principalement support la nuit, période d’activité des moustiques vecteurs de la maladie. Un vecteur pourra alors les aspirer s’il vient à piquer l’hôte. Ils poursuivront leur développement dans le moustique pendant quelques jours avant de devenir des larves infectantes. Et être prêts à infecter un nouvel hôte.

Les filaires responsables des différentes maladies rencontrées chez l’Homme ont un cycle comparable. Certains microfilaires sont présents dans le système sanguin le jour et d’autres durant la nuit. Ces parasites dépendent tous des vecteurs pour boucler leur cycle de développement. Mais on rencontre parfois d’autres insectes vecteurs que les moustiques. Par exemple des taons ou des simulies.

Comment diagnostiquer la filariose lymphatique ?

Les analyses sanguines permettent de mettre en évidence par observation directe les microfilaires. Des tests sérologiques, par recherche d’anticorps, peuvent mettre en évidence la maladie.

filariose lymphatique et éléphantiasis.

Personne atteinte d’éléphantiasis. Source Wikipedia.

A un stade avancé la maladie est facilement reconnaissable. La filariose lymphatique est communément appelée éléphantiasis. Car les stades avancées de cette maladie se manifestent par des parties du corps hypertrophiées et déformées. On rencontre des membres gonflés notamment les jambes. Et parfois, les seins et les organes génitaux sont infestés.

Filariose sous-cutanée

Cette maladie est provoquée par Dirofilaria repens. On retrouve ce parasite aussi bien dans les régions tropicales que dans les régions tempérées. Les affections chez l’Homme sont rares – car il s’agit d’un hôte accidentel – mais reportées en Russie et en Italie. 

Le filaire se déplace sont la peau et provoque la formation de petites bosses sur son parcours. Il peut être extrait par incision.

Comment se protéger de la filariose lymphatique ?

La lutte contre la filariose passe comme pour toutes maladies transmises par les moustiques par la destruction des vecteurs. Mais il est aussi question de traitements visant à détruire les vers chez les personnes atteintes.

Traitements curatifs

Deux types de traitements existent. Des médicaments permettent de tuer les larves infestantes et les filaires dans leurs premiers stades de développement. Mais pour des maladies avancées il est nécessaire d’avoir recours à la chirurgie.

Si vous devez voyager dans un pays fortement touchés par la filariose, demandez conseil à votre médecin.

Démoustication

Comme toujours la lutte contre les maladies transmises par des moustiques passe par la destruction des vecteurs. Des politiques nationales coordonnent les actions de démoustication.

Protégez-vous des piqûres de moustique

Nous vous recommandons d’utiliser des moustiquaires et de porter des vêtements longs afin de protéger vos membres des piqûres des moustiques.

Quelles sont les autres maladies transmises par les moustiques ?

Les moustiques transmettent à l’Homme beaucoup d’autres maladies parfois mortelles. Cette page présente les principales maladies dues aux piqûres de moustiques en France et à l’étranger.

Maladies présentes en France métropolitaine

Il faut faire la distinction entre les maladies importées et les maladies autochtones. Dans le second cas la contamination à bien eu lieu en France. Les maladies suivantes entrent dans cette catégorie :

Autres maladies présentes en outre-mer

Ces maladies ne sont autochtones mais les vecteurs sont pour certaines présents en France. Il est alors possible qu’elles apparaissent ou réapparaissent dans l’hexagone.