Skip to main content

L’encéphalite japonaise

L’encéphalite japonaise est une malade causée par un virus. L’agent pathogène est transmit à l’Homme par la piqûre d’un moustique. Les oiseaux et les porcs sont des animaux porteurs de ce virus. Cette infection concerne principalement les régions rurales et agricoles. Bien que les infections humaines soient généralement bénignes, des formes graves existent et évoluent souvent vers des atteintes irréversibles du système nerveux ou la mort. 

L’encéphalite japonaise est causée par un virus apparenté à ceux de la dengue, de la fièvre jaune ou encore à celui responsable de la fièvre du Nil occidental. Cette maladie a été décrite la première fois au Japon à la fin du 19ème siècle.

On estime sur 68000 cas cliniques, 13600 à 20400 décès par an.

OMS

Quelle est la répartition de l’encéphalite japonaise ?

Zone d'endémie de l'encéphalite japonaise

Zone d’endémie du virus de l’encéphalite japonaise. Source wikipédia.

L’encéphalite japonaise sévit principalement en Asie. Mais elle est aussi présente dans certains archipels d’Océanie et sporadiquement dans le nord de l’Australie. C’est une maladie qui touche principalement les zones rurales là où les animaux porteurs et le moustique vecteur sont abondants.

Elle a été trouvé en 2017 chez une personne en Angola. Cette personne n’avait jamais voyagé en dehors de son pays. C’est-à-dire que le virus a été trouvé à plusieurs milliers de kilomètres des régions asiatiques où il est présent. Les experts sont inquiets. En effet, le virus pourrait donc s’installer durablement sur le continent africain puisqu’il semble d’un moustique puisse y jouer le rôle de vecteur. D’autres cas africains risquent d’apparaître à l’avenir.

Dans les régions tropicales les cas d’encéphalite japonaise ont lieu tout au long de l’année. Dans les régions tempérées il s’agit généralement d’une maladie saisonnière qui apparaît durant la période la plus chaude de l’année.

Les épidémiologistes notent localement des flambées majeures d’encéphalite japonaise se produisant à des intervalles de deux à 15 ans.

Comment se propage l’encéphalite japonaise ?

Le porc est une espèce porteuse du virus de l'encéphalite japonaise.

Le porc est avec les oiseaux aquatiques le principal réservoir du virus de l’encéphalite japonaise.

L’Homme est un hôte accidentel. En effet, le virus circule normalement et se cantonne au sein des populations d’oiseaux ou de porcs. Le moustique Culex tritaeniorhynchus est l’insecte vecteur responsable de la transmission du virus d’un animal à un autre. Ou d’un animal à un être humain. Cette maladie est donc une zoonose.

L’infection se rencontre principalement en zone rurale où d’importantes populations d’oiseaux aquatiques se maintiennent mais aussi dans et à proximité les élevages porcins et des rizières.

Quels sont les symptômes de l’encéphalite japonaise ?

Dans la plupart des cas, l’infection est asymptomatique ou bénigne. Et se limitant alors à un épisode de fièvre accompagné par des maux de tête.

Malheureusement, des formes graves sont possibles et se manifeste par une atteinte de système nerveux. Elles débutent par une forte fièvre, puis des forts maux de tête, une raideur de la nuque, des convulsions, des paralysies font leur apparition. La maladie évolue ensuite par le coma puis la mort chez un malade sur trois. Les survivants gardent pour beaucoup de graves séquelles de cette maladie. Citons des cas de paralysie, d’épisodes chroniques de convulsions, d’incapacité à parler. Mais aussi des problèmes intellectuels ou comportementaux.

Comment diagnostiquer cette maladie chez l’Homme ?

Analyses biologique serum pour rechercher le virus de l'encéphalite japonaise

La recherche des anticorps produits par les personnes malades peut se faire dans le sérum sanguin.

Les symptômes ne permettent pas d’identifier avec certitude la maladie car ils sont communs à plusieurs infections.

Il est alors nécessaire pour établir un diagnostic de réaliser des analyses biologiques sur le sérum sanguin ou le liquide céphalorachidien.

Comment traiter l’infection ?

Il n’existe pas de traitement pour combattre directement le virus. Les malades peuvent recevoir des médicaments visant à soulager les symptômes et à les aider à faire face au virus.

Il existe toutefois un vaccin qui permet de se protéger efficacement de cette infection potentiellement mortelle. Ce vaccin est recommandé par l’OMS pour les personnes vivant dans les régions où l’encéphalite japonaise sévit.

De même il est conseillé aux voyageurs qui doivent se rendre et séjourner dans les zones rurales d’Asie et d’Océanie occidentale, de se renseigner auprès d’un médecin et de se faire vacciner le cas échéant.

Comment lutter contre la propagation de cette maladie ?

Il est nécessaire de lutter contre le vecteur principal de cette maladie qui est dans la zone d’endémie le moustique Culex tritaeniorhynchus. Cette lutte est toutefois difficile dans le contexte local où les activités économiques reposent largement sur l’agriculture. Les conditions sont réunies pour que le virus circule continuellement au sein des populations d’animaux sauvages et de ceux des élevages.

Les campagnes vaccinales sur les populations les plus exposées sont toutefois les seules à présenter une baisse de la mortalité.

Quelles sont les autres maladies transmises par les moustiques ?

Les moustiques peuvent transmettre à l’Homme de nombreux agents pathogènes. Le danger est également présent en France métropolitaine. Pour en apprendre davantage consultez notre page présentant les principales maladies transmissent pas les moustiques.

Autres maladies présentes en France métropolitaine

Autres maladies présentes en outre-mer