Skip to main content

Anophèle, tout savoir sur ce moustique

Il existe environ 460 espèces d’anophèles réparties dans toutes les régions tempérées et tropicales du monde. Et certaines espèces remontent jusqu’en Scandinavie. L’anophèle est un vecteur majeur du paludisme. Si cette maladie n’est plus présente en France métropolitaine, elle peut vous concerner si vous voyager à l’étranger et en particulier dans des régions tropicales. Vous protéger le l’anophèle est une mesure complémentaire à une prophylaxie adaptée contre le paludisme. 

L’anophèle est un moustique qui est particulièrement redoutable. Et il ne concerne pas seulement les populations des pays émergeants. On retrouve des anophèles également en France métropolitaine. Les principales espèces d’anophèles présentes sur l’hexagone sont :

  • Anopheles algeriensis
  • An. claviger
  • An. hyrcanus
  • et An. plumbeus
Anophèle femelle gorgée de sang

Femelle d’anophèle gorgée de sang.

Le mot Anopheles est dérivé du grec signifiant “nuisible”. On ne peut pas donner moindre qualificatif à des insectes responsables de centaines de milliers de décès chaque année. Car une piqûre de moustique peut conduire à la mort.

Certaines espèces d’anophèle s’alimentent principalement du sang des êtres humaines. D’autres sont généralistes et peuvent aussi bien piquer l’Homme qu’un autre mammifère.

Comment reconnaître l’anophèle ?

Les anophèles peuvent facilement être distingués des autres genres de moustiques. Aussi bien au stade de la larve qu’au stade de l’adulte.

Les larves d’anophèles gardent une position parallèle à la surface de l’eau. Contrairement aux larves des moustiques du genre Culex par exemple qui se tiennent à l’oblique. Elles ne portant pas de siphon à l’extrémité de l’abdomen.

Larve d'anophèle dans sa position horizontale caractéristique.

Larve d’anophèles en position horizontale caractéristique du genre. Source Wikipedia.

Au repos, les adultes d’anophèles gardent une position oblique par rapport au support sur lequel ils sont posés. Alors que les autres moustiques lorsqu’ils sont sur un support se tiennent bien à l’horizontal.

Adulte anophèle en position de repos.

Position oblique caractéristique d’un adulte anophèle sur un support. Source Wikipedea.

Où rencontre t-on l’anophèle ?

On rencontre les anophèles dans les zones marécageuses où elles prolifèrent. Les rizières sont un habitat apprécié de ces insectes. La Camargue est une région qui compte d’importantes populations de ces insectes. Les insectes y trouvent profusion de gîtes larvaires.

Certaines espèces fréquentes les habitations humaines alors que d’autres préfèrent rester à l’extérieur. Ces comportements différents se rencontrent chez d’autres genres de moustiques.

Quelles maladies transmet l’anophèle ?

Les anophèles sont des insectes vecteurs responsables de l’inoculation des agents responsables du paludisme.

Pour qu’une femelle soit vecteur de cet agent pathogène, elle doit au préalable piquer une personne impaludée (c’est-à-dire malade du paludisme) pour devenir un vecteur de ce parasite. La parasite infecte l’insecte puis après quelques jours migre vers ses glandes salivaires. Lorsqu’un moustique porteur du parasite injecte sa salive avant de faire son repas de sang, il va inoculer l’agent pathogène.

Le paludisme en France

Jusqu’à assez récemment le paludisme était endémique en France. La Corse est restée impaludée jusqu’en 1944. Et des régions comme la Dombes, la Camargue et le Marais Poitevin étaient réputées pour les nombreux cas de paludismes. Ces régions étant riches en zones marécageuses sont appréciées des moustiques. En effet, les femelles trouvent dans l’eau stagnante d’un marécage un parfait gîte larvaire.

Si les anophèles sont présentes partout en France, la situation sanitaire actuelle ne permet plus au paludisme de se propager. Les chances pour qu’un moustique “compétent” pique une personne porteuse du parasite et ensuite le transmette à d’autres personnes sont très réduites.

Le paludisme dans le monde

La lutte contre ce vecteur a pris de nombreuses formes mais il s’agit toujours d’un enjeu important. En effet, chaque année le paludisme tue des centaines de milliers de personnes. Principalement en Afrique et surtout des enfants de moins de 5 ans.

Au delà du désastre humain, le paludisme a un coût économique énorme pour ces pays en voie de développement. Aux aides et aux politiques internationales visant à coordonnées des actions de sensibilisation des populations et la lutte contre l’anophèle, viennent s’ajouter les travaux de nombreuses équipes de chercheurs. C’est entre autres le génie génétique qui ouvre de nouvelles perspectives.

Le paludisme d’aéroport

Il s’agit d’un évènement très rare mais qui s’est déjà produit à plusieurs reprises en France. Il a touché des personnes vivants ou présentes à proximité d’aéroports. On l’estime à un cas par an en moyenne en France.

Des moustiques porteurs de paludisme peuvent se retrouver enfermés dans les soutes d’un avion en zone impaludée. Ces moustiques sont ensuite libérés à destination. Parfois à des milliers de kilomètres du lieu qui les a vu naître. Ils peuvent alors piquer des personnes et leur transmettre le paludisme.

Généralement des procédures de désinsectisation sont menées avant l’ouverture des avions et des soutes. Mais il arrive que celles-ci ne détruisent pas tous les moustiques.

On retrouve parfois des cas de paludisme dans les grands ports commerciaux. Les cargos participent à la propagation des insectes d’un pays à un autre. Voire d’un continent à un autre comme dans le cas du moustique tigre.

Les maladies transmises aux animaux

Mais ce n’est pas tout car les anophèles peuvent transmettre d’autres agents infectieux aux oiseaux (paludisme aviaires) et le virus de la myxomatose aux lapins.

Comment se protéger de ses piqûres ?

Les anophèles sont des moustiques particulièrement mobiles durant leur vie. Les femelles peuvent parcourir plusieurs centaines de mètres à la recherche d’un hôte à piquer.

Ce moustique s’alimente de sang principalement la nuit. Il faut veiller à porter des vêtements longs pour protéger les bras et les jambes si l’on ne veut pas subir une piqûre. Certaines espèces sont attirées par des odeurs émises par les pieds et les chevilles. Ainsi elles s’attaqueront à ces parties principalement. Vous pouvez aussi utiliser un répulsif sous la forme d’un spray.

Les pièges à moustiques sont pour certains équipés de cartouches dégageant des phéromones d’attraction. Ces appareils peuvent aussi libérer du gaz carbonique et émettre de la chaleur comme le ferait un animal. Les pièges à moustiques s’ils correctement installés sont de bons équipement de lutte contre les anophèles et les autres espèces de moustiques. Il s’agit probablement de la méthode la plus sophistiquée pour lutter contre les moustiques.

L’utilisation des moustiquaires est également important. Couvrir son lit d’une moustiquaire permet de se protéger son l’anophèle mais aussi d’autres espèces dangereuses comme le moustique tigre (Aedes albopictus). Les moustiquaires imprégnées donnent de bons résultats par en plus de stopper les moustiques elles vont intoxiquer et tuer ceux qui se seront posés dessus.

traitement aérien contre les anophèles

D’importantes campagnes de démoustication ont permis de réduire les populations de moustiques. Mais les insectes se sont habitués aux insecticides. Source Pixio.

Notons que l’emploi à grande échelle d’un même insecticide provoque des résistances chez les moustiques. En effet, chaque année plusieurs générations de moustiques se succèdent. Cette forte prolifération augmente les “chances” de voir une lignée de moustiques résistants faire leur apparition. Puis se multiplier et répandre leur résistance dans toute la population des moustiques.

Pour en apprendre davantage

Consultez la page abordant les moustiques les plus fréquents en France pour en apprendre davantage sur les espèces que l’on rencontre en France comme le moustique commun (Culex pipiens) et le moustique tigre (Aedes albopictus).